Borloo surfe sur l'effet Grenelle de l'Environnement

Publié le par Marion Mourgue

 Borloo surfe sur l'effet Grenelle de l'EnvironnementECLAIRAGE

Ce week-end, Jean-Louis Borloo était assis à côté du Président chinois, Hu Jintao. Une place privilégiée pour le ministre français de l'Ecologie et des Transports invité par Nicolas Sarkozy à l'accompagner en Chine.

Une place privilégiée qui pourrait faire des jaloux au sein du gouvernement où les ministres jouent des coudes pour obtenir la reconnaissance du chef de l'Etat.

Serait-ce l'effet du Grenelle de l'Environnement?
Jean-Louis Borloo savoure l'instant, lui qui avait été accusé d'avoir fait perdre des sièges à l'UMP au moment des élections législatives. Entre les deux tours, celui qui était alors le ministre de l'Economie s'était fait emmené par Laurent Fabius sur le terrain sensible de la TVA sociale. Il en avait perdu le prestigieux ministère de Bercy pour se retrouver au ministère de l'Ecologie. Un grand ministère accompagné d'un titre de ministre d'Etat. Pour Jean-Louis Borloo, pourtant, la pilule avait dû mal à passer. Il avait l'impression d'avoir été mis au placard.

Jean-Louis Borloo surfe sur l'effet "Grenelle d el'Environnement"

Le Grenelle de l'Environnement salué par tous les intervenants comme une première réussie en France a fait remonter la cote de popularité du ministre Borloo. En quelques semaines, il a acquis ses galons de "pilier" du gouvernement.

Une réussite dont il compte bien tirer profit pour sa propre carrière politique. La semaine dernière, il a été élu facilement à la présidence du Parti radical dit "valoisien" en souhaitant le transformer en "l'un des premiers partis de France!". Cette semaine, il dîne en Chine entre le président français et son homologue chionois. Que fera-t-il la semaine prochaine? Et dans cinq ans pour la prochaine présidentielle?

Publié dans Eclairage

Commenter cet article