Municipales à Saint-Denis : Pourquoi le PS fait bande à part ?

Publié le par Marion Mourgue

Municipales à Saint-Denis : Pourquoi le PS fait bande à part?ECLAIRAGE


À deux mois des élections municipales, socialistes et communistes partent en ordre dispersé à Saint-Denis. Une révolution dans cette ville de Seine-Saint-Denis (93) marquée par l’union traditionnelle de la gauche plurielle.


En 2001, aux dernières élections municipales, le communiste Patrick Braouezec, soutenu par les socialistes, l’avait emporté haut la main, dès le premier tour, avec 53 % des suffrages. En 2004, il démissionne pour prendre la présidence de Plaine Commune et est remplacé par Didier Paillard (PCF), l’actuel maire de la ville. Sept ans plus tard, l’alliance de la gauche a explosé. Face au maire communiste sortant,   George Sali, conseiller municipal socialiste à Saint-Denis, présentera une liste pour le PS :

« Nous sommes en désaccord profond depuis de nombreuses années sur les orientations de la ville, notamment sur l’insécurité, la propreté, le cadre de vie. Mais Didier Paillard et les communistes n’ont pas l’intention de partager les responsabilités ni d’infléchir leurs positions. Ils se considèrent comme propriétaires de la ville ».

Réponse de Philippe Pivion, collaborateur du secrétaire départemental du PCF - 93 :

« Les socialistes ont régulièrement voté l’ensemble des dossiers présentés par le maire de Saint-Denis, y compris sur ces sujets. Leur position est donc contradictoire. Il va de soi que nous ne sommes jamais satisfaits quand il y a un constat de désunion à gauche avec une addition de listes. »

Une addition de listes que les communistes disent avoir voulu éviter en intégrant 57 des 58 propositions socialistes dans leur programme électoral - à l’exception de la vidéosurveillance - et en offrant quinze places éligibles aux socialistes, contre 10 en 2001.

PS contre PCF.

Ces dix dernières années, les rapports de force électoraux  se sont inversés entre les deux grands partis de gauche. Aux dernières élections législatives (lien vers article des chiffres), en juin dernier, la liste du socialiste Bruno le Roux a obtenu 35,39 % des voix au premier tour, contre 14,07 % pour la communiste Hayat Dhalfa. A la présidentielle, Marie-George Buffet n’a collecté que 4,29 % des suffrages là où Ségolène Royal pour le PS en a obtenu 41,57 %.

Derrière cette crispation entre les amis politiques d’hier,  deux enjeux se profilent aujourd’hui:

- la présidence de Plaine Commune entre les mains du communiste Patrick Braouezec, et convoitée par le PS. Cette communauté d’agglomérations qui regroupe huit villes (Aubervilliers, Epinay-sur-Seine, L'Ile-Saint-Denis, La Courneuve, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Stains, Villetaneuse) est la plus importante de la région parisienne;

- la présidence du Conseil général de Seine-Saint-Denis, dirigé par Hervé Bramy (PCF). A l’heure actuelle, les socialistes et les communistes détiennent chacun 15 sièges au sein du conseil général. Mais sur les 20 sièges à renouveler en mars 2008, 11 sont détenus par le PCF. Si les socialistes en gagnent un, le conseil général basculerait dans le giron PS-Verts. Peut-être la possibilité pour le PS emmené par le député de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone, de prendre la tête d’une grosse machine qui dispose de quelque 6628 agents et d’un   budget annuel total de 1,686 milliard d’euros.

Côté communiste, la perte de ces deux postes aurait des conséquences importantes aux niveaux politique, financier et symbolique : les conseils généraux de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne représentent quelques-uns des derniers bastions de l’ex-ceinture rouge de Paris. Inquiets, les maires communistes de Plaine Commune et son président, Patrick Braouezec, ont publié un communiqué, le 18 janvier dernier, pour exprimer leur incompréhension et leur consternation face à  « une posture qui fragilise la gauche et ouvre une porte inespérée à une droite arrogante ».

La droite, elle, se frotte les mains. En 2001, la candidate du RPR, Evelyne Nicol, n’avait totalisé que 13,42 % des suffrages. Un score que François-Xavier Ducos-Fonfrede pour l'UMP, soutenu par le Nouveau Centre, espère améliorer en mars prochain. Quant à la LCR et le Modem, ils présenteront aussi leur propre liste. Les Verts, eux, soutiennent la candidature PCF. Mais L'une d'entre eux, Maud Lelièvre, adjointe du maire, a décidé de soutenir la liste du socialiste, Georges Sali, après avoir voulu conduire sa propre liste. Cette multiplication des candidatures pourrait encore affaiblir la gauche aux élections municipales.

Marion Mourgue

Dernier paragraphe modifié près la décision de Maud Lelièvre de soutenir la liste du PS.

Publié dans Eclairage

Commenter cet article

Philippe M 10/03/2008 16:14

ça y est le premier tour est passe et rien n'a changé à saint-denis les gens ne se sont tj pas deplacé pour aller voter alors comme d'habitude ce sont les memes qui vont manger le gateau. Eh oui ils ont déja commencé à l'aroser on a pu les voir fanfaronner dans le hall de l'hotel de ville qui hier soir n'était plus un lieu public si on en croit monsieur Langlade qui fumait allegrement. Mais que fait la police pourtant présente?

Roudoudou 22/02/2008 17:08

Selon le maire Didier Paillard , le bilan de son mandat est formidable.Soit il se fout du monde soit il faut lui acheter une paire lunettes ou lui programmer un rdv cher l'ophtalmo.Le commerce du centre ville périclite, les squats et logements insalubres font à présent parti du paysage du centre ville.20 ans en arrière les gens venaient de tout le département faire ses courses à Saint-Denis.Aujourd'hui vous avez le choix entre les boucheries Halal, les magasins qui vendent de la merdouille Made in China, les débloqueurs de GSM et les magasin qui vendent des foulards islamiquesNous avons une population paupérisée pas ou mal insérée socialement et économiquement.Un enseignement scolaire publique infréquentable (grèves à répétition, violences scolaires, niveaux scolaires déporables).Les effectifs dans les établissements privés de la ville sont en constante augmentation. Les Dyonisiens dès que la question scolaire se pose déménage ou inscrivent leur enfant dans le privé. Il y a aussi le chapitre des campements Roms, ces derniers vivants dans des conditions d'hygiene déplorables dans des no mans land urbains (sous l'A86).Il faut une fois pour toute le 10 mars dire non à cette gestion déplorable.

Philippe M 22/02/2008 16:29

Je me demande une chose est-ce que si le Pc n'est pas reconduit à saint-denis, est-ce que les employés municipaux continuerons à travailler sur leurs temps de travail pour la fête de l'humanité?

Roudoudou 21/02/2008 12:30

Saint-Denis a besoin de changement, la ville est  dans un sale état.Le centre ville est très paupérisé (squats, logement insalubres), il y règne un climat d'insécurité très préoccupant.De plus le taux de chomage est très important sachant que Saint-Denis est au coeur d'un bassin universitaire et d'un bassin d'emploi.C'est incompréhensible et la faute incombe entièrement à la majorité municipale qui abreuve la population de propos démagogiques sans pour autant apporter de solutions concrêtes.

koil 20/02/2008 15:42

Je tiens a signaler aussi une chose qui me fait bien rire. Les soit disant écolo qui sont sur les listes pc et ps. Je serai curieux de savoir leur point de vue sur le collage intempestif d'affiche ou de tract à l'effigie de leurs candidats. D'aprés moi c'est une polution visuelle!!. Mais bon dans une ville crade encore plus crade ou l'environnement va de mieux en mieux tout va bien.