Municipales à Neuilly : Martinon lâché par les Sarkozy

Publié le par Marion Mourgue

Municipales à Neuilly : Martinon lâché par les SarkozyECLAIRAGE

David Martinon, porte-parole de l'Elysée et candidat UMP pour les municipales à Neuilly-sur-Seine (92) vient de subir un sérieux revers politique, à un mois pile du premier tour des élections. Ce dimanche, ses principaux colistiers, Arnaud Teullé, Marie-Cécile Ménard, et le fils cadet de Nicolas Sarkozy, ont annoncé qu'ils lançaient leur propre liste de rassemblement. Et donc qu'ils ne le soutenaient plus. 

© AFP

Les dirigeants de l'UMP à Neuilly-sur-Seine, Marie-Cécile Ménard (G) et Arnaud Teullé, avec le fils cadet du président, Jean Sarkozy (C), à Neuilly-sur-Seine, le 10 février 2008

Pour l'instant, on ne sait pas qui sera tête de liste. Demain lundi, Patrick Devedjian, secrétaire général de l'UMP, tiendra une "réunion décisive" à Neuilly avec les trois principaux intéressés pour trancher. Marie-Cécile Ménard", qui avait déjà hérité du siège de conseiller général de Nicolas Sarkozy, est pressentie pour reprendre la campagne.
© AFP
Le candidat UMP à la mairie de Neuilly-sur-Seine et porte-parole du président Nicolas Sarkozy, David Martinon .
"Cette décision résulte d'un certain nombre de désaccords majeurs avec David Martinon", soulignent les anciens colistiers du porte-parole de l'Elysée en appelant "au plus large rassemblement". Un "rapprochement" avec le principal challenger de David Martinon, le divers droite Jean-Christophe Fromantin, serait d'ailleurs possible pour maintenir, dans le giron de l'UMP, cette ville dont Nicolas Sarkozy a été le maire de 1983 à 2002.

Pourquoi un tel coup de théâtre au sein même de l'équipe de campagne alors que David Martinon avait été choisi et placé par le chef de l'Etat? parce que la greffe n'a jamais prise à Neuilly. David Martinon accusé de parachutage a dailleurs dû rapidement subir la grogne des habitants qui n'ont pas hésité à scander "Martinon, non, non", le 30 septembre 2007 lors de son intronisation à la mairie de Neuilly.  (cf. la vidéo Martinon chahuté : Martinon, non, non).

Quinze jours plus tard...
Le 17 octobre, lors d'une réunion avec des militants UMP,  David Martinon, qui pense alors bien faire, confesse aux habitants : "Vivre à Neuilly, pour moi, c'est un sacrifice financier... La réponse d'un militant ne ce se fait pas attendre : "Fais des économies, rentre chez toi !". Un épisode qui en dit long sur le fossé qui s'est creusé en six mois entre David Martinon et Neuilly

Les électeurs UMP lui auraient préféré Arnaud Teullé, figure locale et responsable de l'UMP dans la ville. Et l'ont rapidement fait savoir. Au point que Le Figaro révélait dans son édition de samedi 9 février qu'une enquête "confidentielle" prévoyait la défaite du protégé de l'Elysée : 40 % de suffrages contre 45 % pour le candidat divers droite, Jean-Christophe Fromantin, au premier tour des municipales. Un camouflet pour Martinon et pour Sarkozy. Le président n'a donc pas tardé à réagir. Car Jean Sarkozy n'a pas envoyé un mail à l'AFP pour annoncer une nouvelle liste sans avoir obtenu aupravant l'assentiment de sonpère. Le chef de l'Etat n'a pas souhaité prendre le risque d'une défaite de son poulain dans une ville où il a toujours été élu haut la main. Une défaite électoralequi serait interprétée comme une défaite personnelle. Trop risqué en ces temps de chute dans les sondages.

Reste à savoir comment évoluera la relation de travail entre les deux hommes. Le porte-parole de l'Elysée qui devait accompagner Nicolas Sarkozy en voyage en Guyane, pendant trois jours à compter de ce dimanche soir, a fait savoir qu'il ne devrait pas s'y rendre. Si le climat venait à se détériorer davantage entre eux, il se pourrait que David Martinon fasse les frais d'un remaniement gouvernemental, après les municipales. Lui, qui jusqu'à présent, avait connu une ascension fulgurante.

Publié dans Eclairage

Commenter cet article