Le PS... et maintenant?

Publié le par Marion Mourgue

Le PS... et maintenant?ECLAIRAGE

Il y a des victoires qui peuvent se transformer en cauchemars. Le PS pourrait en faire les frais, une nouvelle fois, avec une bataille des chefs. Pourtant, le parti est désormais majoritaite à tous les échelons locaux : régions (20 sur 22), départements (déjà majoritaire, la gauche devrait en récupérer une dizaine jeudi après les élections des conseils généraux), grandes villes (14 sur 20).

Alors que les socialistes engrangent les villes et les conseils généraux, les divisions se font sentir entre les leaders. Les candidatures se multiplient pour occuper le poste de premier secrétaire que François Hollande quittera cette année. Avec en ligne de mire pour tous les socialistes : la présidentielle de 2012.

Martine Aubry contre Ségolène Royal. Ségolène Royal contre Bertrand Delanoë. Les strauss-kahniens et les fabiusiens contre Ségolène Royal mais prêts à «tendre la main» au Maire de Paris, selon leurs dernières déclaration... Le feuilleton ne fait que commencer puisque le congrès est censé se tenir en novembre prochain. Déjà ce mardi, sur Canal+, le proche de Ségolène Royal, Jean-Louis Bianco, a modifier le calendrier pour choisir le leader du PS, avant l'été. Selon les calculs des Ségoléniens, ce calendrier avantagerait Ségolène Royal qui jouit aujourd'hui d'une cote de popularité importante et surtout supérieure à celle de ses "amis" socialistes.

Autre problème à résoudre : la clarification de la stratégie du PS vis-à-vis du PC, des Verts et du Modem. Pendant les municipales, les positions des socialistes ont fluctué d'une vilel à l'autre. Alors que Ségolène Royal appelait pendant l'entre deux tours à des alliances avec le Modem, François Hollande et Bertrand Delanoë s'y sont montrés hostiles. Qui a tort, qui a raison? LEs socialites devront parvenir à se mettre d'accord. On se souvient du clivage qui avait parcouru le parti au moment des débats sur le projet de constitution européene. Qu'en sera-t-il sur la stratégie du PS. 

Enfin troisième épine pour les socialistes : comment parvenir à parler d'une voix audible alors que les égos sont nombreux rue de Solférino, que les déclarations se multiplient dans tous les sens et que beaucoup des ténors du parti sont en concurrence pour le même poste?

Pour l'instant, les trois questions restent sans réponse.

Publié dans Eclairage

Commenter cet article

cédric maillot-juillet 04/04/2008 18:51

Trop serieux ce blog à quand les cancans  genre Voici .

Marion Mourgue 08/04/2008 14:06


et oui je sais les cancans font vendre... mais Voici le faisant très bien, je ne me risquerais pas à essayer de l'égaler.