A Pau, le MoDem saisit la justice

Publié le par Marion Mourgue

Le ParisienARTICLE PUBLIE dans le quotidien Le Parisien, 22 mars,Marion Mourgue et Geoffroy Tomasovitch

A PAU, l'après-municipales pourrait finir devant la justice. François Bayrou a décidé hier de saisir la Commission nationale des comptes de campagne à la suite de « graves irrégularités ». En cause, la publication d'un journal de campagne gratuit, « les Coulisses de Pau », franchement critique à l'égard du président du MoDem mais favorable au maire sortant Yves Urieta (ex-PS soutenu par l'UMP).

Selon Bayrou, battu dimanche à Pau de 342 voix par la PS Martine Lignières-Cassou, cet hebdomadaire dont « personne ne sait qui est derrière » a impliqué « la mise en oeuvre de moyens financiers sans commune mesure avec les comptes de campagne ». En clair : Urieta a-t-il délibérément organisé sa campagne avec l'aide illicite, car non comptabilisée, du journal ?

Un recours en annulation a été déposé

Si la Commission des comptes constate des irrégularités, elle pourra saisir le tribunal administratif. C'est ce que vient de faire sans plus attendre l'un des colistiers de Bayrou, Jean-Paul Brin. Hier, cet avocat a déposé à titre personnel un recours en annulation pour invalider l'élection. Il estime que certains éléments ont été « susceptibles de nuire à la sincérité du scrutin ».

Selon Brin, il existe des faits pour le moins troublants. Il pointe une étrange similitude entre le nom de l'imprimeur qui a publié les documents de campagne d'Urieta et celui du journal gratuit incriminé. Seconde bizarrerie : le site Internet d'Urieta et celui dénommé Municipales-pau.com, qui « reprend le rédactionnel de l'hebdo », étaient tous les deux enregistrés par le même hébergeur, une société allemande.

Si ces liens étaient prouvés, « il faudrait réintégrer le coût de l'impression des Coulisses de Pau , qu'on estime à 90 000 pour neuf numéros, dans les comptes de campagne du candidat UMP, qui dépasserait ainsi largement le plafond maximal des dépenses autorisées, ce qui entraînerait l'invalidation du scrutin », explique Blin. La décision de la Commission des comptes de campagne ne devrait cependant pas intervenir avant trois mois.


Cf. Autres
articles publiés dans la presse

Publié dans Articles publiés

Commenter cet article