Naissance du modem : rassemblement des militants, départ des candidats

Publié le par Marion Mourgue

Naissance du modem : rassemblement des militants, départ des candidatsECLAIRAGE


Le Modem présidé par François Bayrou est officiellement né ce week-end  à Villepinte (Seine-Saint-Denis), mettant ainsi  un terme à l'existence de l'UDF, né en 1978. (cf. discours d'ouverture)

Que retiendra-t-on de ce week-end? Que les militants affluents alors que les  représentants attendus de cette formation quittent le navire. A quelques mois des élections municipales, où le Modem pouvait espérer obtenir ses premiers représentants politiques. Dur, dur quand il ne reste plus qu'une poignée de "leaders" .

Les départs, il y a quelques jours, du député d'Ille-et-Vilaine, Thierry Benoît, et du député européeen Jean-Marie Cavada, illustrent ce paradoxe. Et allonge la liste des  "déserteurs" : André Santini, Hervé Morin et Christine Boutin, tous trois entrés au gouvernement, Maurice Leroy, François Sauvadet ou Jean-Christophe Lagarde, désormais membres du Nouveau Centre. Quelques exemples pris dans une liste qui tend à s'allonger un peu plus chaque jour.

Alors qu'au même moment, les militants, eux, n'ont jamais été aussi nombreux pour venir soutenir la naissance du Modem .  40  000 à la naissance, plutôt pas mal.

Et au milieu de ce paradoxe, François Bayrou, arrivé troisième dans la course à la présidentielle en mai dernier avec 18,57 % des suffrages et déjà candidat pour l'élection de 2012. Mais comment tenir d'ici là sans représentants de sa formation? Comment s'implanter dans le paysage politique sans assises locales? Comment faire vivre sa formation quand la tête dirigeante a été coupée ?

Publié dans Eclairage

Commenter cet article